Littérature/ Literatura
Au coeur d’Apocalypse Now

Littérature/ Literatura Au coeur d’Apocalypse Now

Au coeur d’Apocalypse Now.
Intervenant : Kévin Petroni.
Biographie : Agrégatif Lettres modernes (Sorbonne Universités). Diplômé de l’École Normale Supérieure, de l’EHESS et de Sorbonne universités. Membre du bureau de Musanostra.

Lieu : Cinéma Le Studio – 1, rue de la Miséricorde – 20200 Bastia

Date : Jeudi 21 décembre 2017.
Heure : 18h30.
Durée : 1h.

En comparant l’oeuvre de Joseph Conrad, Au cours des Ténèbres, et celle de Francis Ford Coppola, Apocalypse Now, dans le cadre du Festival « Du texte à l’image », nous reviendrons sur la manière dont le récit de Marlow a structuré efficacement la dénonciation de la guerre du Vietnam que propose Coppola.
Rappelons qu’Au coeur des ténèbres raconte l’histoire d’un marin, Charlie Marlow, engagé auprès de la Compagnie d’exploitation du Congo, afin d’extraire et d’acheminer en Europe de l’ivoire. Au Congo, il découvre la brutalité du système colonial en train de se mettre en place, la manière dont les Européens exploitent les ouvriers noirs et la façon dont soldats, administrateurs, enlisés dans la jungle, succombent à la folie. Sur le terrain, il apprend qu’un homme, Kurtz, lui-même administrateur d’un Comptoir commercial, a soumis toute une communauté à son pouvoir. Plongeant au coeur de l’Afrique noire, Marlow décide de retrouver cet homme décrit comme étant remarquable, fin discoureur, mais dont les méthodes laissent supposer qu’il a basculé dans la sauvagerie.
Apocalypse now raconte l’histoire d’un soldat, Willard, totalement désoeuvré, passant son temps à Saigon à boire dans sa chambre et à pleurer sur les crimes qu’il a commis dans la région. Ne pouvant pas retourner dans un pays qu’il ne reconnaît plus, il décide de s’engager pour une nouvelle mission au Vietnam. Il ne s’attendait pas à ce que celle-ci exigeât de lui l’assassinat d’un des plus brillants soldats américains, enfoncé dans la jungle cambodgienne, ayant sombré par l’usage de méthodes jugées malsaines dans la folie : le colonel Kurtz. En remontant le fleuve, il découvre la folie dans laquelle les soldats américains ont basculé, les quantités de Vietnamiens assassinés le long des berges, les guet-apens, les raisons pour lesquelles on l’oblige à assassiner un homme condamné pour meurtre… en pleine guerre.
Pour mener notre analyse, nous essaierons de proposer une réflexion à partir de la citation suivante extraite du récit Nostromo de Jospeh Conrad : Les mots qu’on connaît bien prennent ici un sens cauchemardesque. La liberté, la démocratie, le gouvernement – tous ont un parfum de folie et de meurtre. Il s’agira de montrer dans un premier temps comment l’aventure, celle du départ pour le Congo, celle du départ pour le Viet Nâm, conduit chacun des héros, Marlow et Willard, à opter pour un itinéraire virtualisant, celui de la forêt, où chaque valeur de la civilisation occidentale se trouve renversée et sabordée par l’inconnu. Néanmoins, il faudra montrer dans un second temps comment la jungle ne permet pas seulement d’abstraire les hommes de leur monde, mais comment elle permet aussi de les confronter de manière vraie à l’absurdité de leurs propres conceptions dites « civilisatrices ». Tout cela nous permettra d’aborder le véritable sens de ces oeuvres qui est de redonner au mot leur valeur essentielle, durable, en parvenant à délivrer un message intemporel : la civilisation se présente comme le vernis de la brutalité et de la sauvagerie présente en chaque homme.

Kévin Petroni.

 









Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé par les droits d\\\\\\\'auteur !!