Sinemà/Cinéma
Lorsque l’art rejoint l’histoire et l’actualité

Terra ferma est un film d’Emanuele Crialese. Cette œuvre poignante parle de l’actualité :   Ce film montre une petite île au large de la Sicile, à proximité de l’Afrique. Filippo, sa mère et son grand-père n’arrivent plus à vivre de l’activité traditionnelle de la pêche. L’été arrivant, ils décident de louer leur maison aux touristes, qui arrivent de plus en plus nombreux chaque année. Un jour, Filippo et son grand père sauvent des eaux un groupe de clandestins africains malgré l’interdiction des autorités locales. …   On a pu voir ce film, l’autre soir au Studio. Justement, cette salle de cinéma se situe dans le quartier de Bastia qui a vu en 1915, des « syriens » juifs en fuite, chassés par les Turcs en Terre d’Israël à Tibériade, puis expulsés par les grecs de la Canée en Crète,… Finalement les corses les ont accueillis avec sollicitude à Ajaccio et à Bastia. Bref ce film a permis de se rappeler que la Corse possède dans son histoire une tradition d’accueil pour les persécutés … En 1915, prés de 1000 réfugiés juifs palestiniens, ont débarqué en Corse. La population corse les a alors accueillis avec  beaucoup de générosité comme l’attestent des documents retrouvés.   Ce film émouvant interpelle chaque spectateur. … La loi interdit d’aider les migrants … Cela veut-il dire, qu’on a le droit de fracasser les mains des réfugiés qui s’accrochent aux embarcations de sauvetage ?   Alvaro...

Lire l'article

Creazione/Créateurs
Joutes créatrices entre artistes et poètes

50 poètes, 10 peintres et photographes participent à une exposition unique  à Ajaccio à l’Espace Diamant du 27 juin au 5 juillet. L’objectif de cette manifestation est de sortir la poésie du cadre habituel de l’écrit en l’associant à des créations graphiques confiées à des artistes contemporains. Dix  artistes ont été retenus par Norbert Paganelli qui a confié à chacun cinq extraits de poèmes. À chaque fragment de poème est donc associé une œuvre graphique originale conçue pour l’occasion ou déjà existante. 10 peintres et photographes ont décidé d’en découdre avec les 50 poètes présents au sein du florilège de la poésie corse contemporaine  et de prolonger leurs textes par des créations graphiques, bref en leur en faisant voir de toutes les couleurs… Vannina Van Shirin, Jackie Pianelli, Johanna Sanna, Jean-Dominique Davane, Joëlle Garcia, Françoise Ricardoni, Marie-Paule Guiderdoni, Dominique Appietto, Chantal Maroselli, Bernard Filippi ont accepté de prendre pour « pré-texte » les poètes de L’Anthologie Musa d’un Populu (éditions Spondi) afin de réaliser des œuvres picturales originales. Cette démarche, maintes fois initiée ailleurs,  a pour ambition de contribuer au décloisonnement des pratiques créatives corses en favorisant une transversalité des différentes approches. Norbert Paganelli, explique les raisons qui l’ont poussé à organiser cette manifestation : « Ce qui est assez désolant, c’est de constater que, bien souvent, ceux qui créent ne se rencontrent pas. Seul l’univers de la chanson permet une collaboration entre auteurs et compositeurs mais les échanges entre les plasticiens et les poètes, par exemple, sont inexistants. Or, le processus de création, qu’il soit pictural ou littéraire, répond aux mêmes impératifs et s’alimente aux mêmes sources. Echanger, s’interpeller, puiser dans le champ d’autres pratiques artistiques est vital. Notre époque est une époque de cloisonnement excessif où l’on met un point d’honneur à ranger les créatifs dans des catégories prédéfinies. La création n’est pas une armée, les artistes et les écrivains ne sont pas des soldats alignés pour la parade et marchant au pas mais des électrons libres qui tous ont pour mission de proposer une autre lecture du réel car celle qu’on nous impose est fallacieuse. » Une initiative à...

Lire l'article

Musica/Musique
Concert lyrique Petite Messe Solennelle de Rossini dirigée par Michel Piquemal

Dans le cadre du 150e anniversaire de la mort de Gioachino Rossini, deux concerts dirigés par le chef d’orchestre et chef de chœur Michel Piquemal seront donnés dans en Corse le vendredi 22 juin à 20 h 30 en la cathédrale Sainte Marie de Bastia et le dimanche 24 juin à 20 h 00 en l’église Saint Roch d’Ajaccio. L’œuvre  La Petite messe solennelle est une œuvre de musique sacrée créée le 14 mars 1864 à Paris. Dans sa version d’origine, l’exécution de la messe requiert quatre solistes (soprano, contralto, ténor et basse), un chœur mixte, deux piano-forte et un harmonium, auquel se substitue parfois un accordéon, selon l’idée première de Rossini, mais jugé à l’époque de la création trop « populaire » pour un cadre religieux. Ce faible nombre d’exécutants contraste avec la dimension des formations utilisées à cette époque pour interpréter les grandes œuvres de musique sacrée. C’est ce qui a valu à cette messe le qualificatif de petite. Les solistes et le chœur mixte de l’Ensemble Vocal de Cardo, à l’origine de la création du Festival des Nuits Lyriques de Bastia, interpréteront cette œuvre sacrée, véritable testament et « pêché de vieillesse » du maestro composée cinq années avant sa mort le 13 novembre 1868. Une pointure internationale Michel Piquemal a dirigé de nombreux orchestres nationaux et internationaux, tels que ceux de Bordeaux, Cannes, Marseille, Nice, Avignon, Nancy, l’Orchestre national de Lille, l’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre philharmonique des Pays de la Loire, l’Ensemble orchestral de Paris, l’Orchestre symphonique d’État Hongrois, l’Orchestre de la radio de Budapest, l’Orchestre de Bucarest, l’Orchestre philharmonique royale de Liège, l’Orchestre symphonique de Bretagne, l’Orchestre des Concerts Lamoureux, l’Orchestre philharmonique du Maroc… À la tête de son ensemble vocal, il a remporté en 1996 les troisièmes Victoires de la musique classique. Cette première victoire de la musique classique sera suivie d’une deuxième, cette fois-ci avec le Chœur régional Vittoria d’Île-de-France, en 1998.  Michel Piquemal a dirigé et enregistré à de nombreuses reprises la Petite messe solennelle de Rossini, œuvre pour laquelle il est fréquemment cité en référence. Un rendez-vous à ne pas...

Lire l'article

Decurazione/Décoration
By Bagnoli : La nouvelle déco design made in paese

Henri Bagnoli et Carine Baille créent des meubles et des objets déco contemporains  qui s’harmonisent à tous les intérieurs Autodidactes, les jeunes trentenaires se sont lancés dans l’aventure de la création design par passion. Le couple a effectué une reconversion professionnelle après avoir travaillé pendant quelques années dans la petite restauration. Il s’agit d’un challenge de plus pour Henri Bagnoli qui n’en est pas à son coup d’essai en matière de reconversion ! Le jeune homme titulaire d’un master 2 en Etudes corses a l’âme d’un artiste. Sa créativité s’est d’abord exprimée dans la réalisation de maquettes. La déco est venue tout naturellement avec la réalisation de la décoration d’intérieur du bar U San Petrone, situé à Bastia. Les créations de Henri Bagnoli et de Carine Baille sont inspirées des années 70 avec une touche contemporaine. Ce sont toutes des pièces uniques réalisées artisanalement, dans le souci du détail et « fatte in Corsica ». Le couple se partage les tâches : Henri s’attaque au gros œuvre, réalise le chantournage, sculpte les pièces en bois tandis que Carine fait les finitions, la peinture et l’assemblage des petites pièces. Perfectionniste, le couple imprime son style aux tables, consoles et luminaires. L’inclusion de résine dans le bois et la peinture au chalumeau offrent une touche élégante à toutes leurs créations. Henri Bagnoli aime jouer avec les matériaux les plus divers: les essences de bois corse qu’il mixe avec différentes techniques. « Avec Carine, raconte-t-il, nous ramassons le bois flotté qui surgit après les tempêtes dans les embouchures des rivières. Ces bois qui ont longtemps séjourné dans l’eau sont imputrescibles. Ils ont aussi une belle patine naturelle. » Le chêne, le châtaignier, le bouleau et le pin entrent aussi dans la composition de leurs créations originales.   Matériaux nobles A leur actif : des luminaires, des tables et de la petite déco (vide-poches, bougeoirs, dessous de plats…). Parmi les belles pièces de mobilier, on retient cette jolie console en sapin massif décorée avec la peinture au chalumeau. Autres coups de cœur : les lampes cubes Idea réalisées en sapin ou en peuplier  qui peuvent être fabriquées à la demande comme toutes les pièces griffées By B. Pour leurs tables basses, Henri Bagnoli et Carine Baille privilégient l’emploi de matériaux nobles comme le bois massif allié avec une plaque de travertin. Le plateau est traité avec la peinture au chalumeau. L’inclusion de résine et le rappel de couleurs donnent une note...

Lire l'article
error: Ce contenu est protégé par les droits d\\\\\\\'auteur !!