Théâtre /Teatru
Scènes de la vie conjugale au théâtre de Bastia le jeudi 11 janvier 2018 à 20h30

Pour plus d’information...

Lire l'article

Littérature/ Literatura
Café littéraire

Le 3 janvier l’association Musanostra organise un café littéraire chez AL Oenothèque à 20h30, rue notre dame de Lourdes à Bastia , en face du théâtre Alibi. Au programme : livres et films parus en 2017 et de la rentrée 2018 qui ont plu ou déçu. Vous pouvez proposer une intervention et également échanger vos livres si vous le souhaitez.  Contact : amusanostra@gmail.com. La galette des rois est offerte par...

Lire l'article

EXPOSITION / MOSTRA
Bastia, par ses ruelles

Dans sa galerie du Boulevard Paoli, à Bastia, José Lorenzi expose une trentaine de toiles dédiées aux ruelles de son enfance. Séquences émotion… José Lorenzi est le peintre de Bastia. Sa passion pour l’ancienne cité génoise ne s’est jamais démentie au fil du temps. Ce n’est donc pas étonnant s’il lui consacre une belle exposition : Noël dans les ruelles de son enfance est une invitation à la balade dans les quartiers bastiais qui ont une âme. C’est en Corse que le peintre trouve un écrin naturel à son univers pictural. Le Cap Corse, d’où il est originaire, a marqué très tôt son imaginaire .Sa vocation se révèle dans la solitude d’une enfance choyée par de vieilles tantes. C’est en découvrant par hasard une boîte de couleurs que s’amorce un long cheminement artistique marqué par des adhésions et des remises en question. Contre l’avis de son père qui le voyait plutôt embrasser une carrière plus conventionnelle de magistrat, José Lorenzi fait ses valises pour un ailleurs qu’il sait être meilleur. Il fait, entre autres, l’Ecole des Beaux-arts de Paris et enseigne dans les écoles de la capitale. Dans les années cinquante, à vingt ans à peine, il croise la route des plus grands : Picasso et Giacometti. Plus tard viendra son adhésion au mouvement des expressionnistes abstraits. Il fait de nouvelles rencontres avec Soulages et Alechinsky (groupe Cobra) et découvre le travail d’Andy Warhol dans une galerie de Manhattan où l’artiste, alors inconnu, expose des boîtes de savon Brillo : » L’art finissait dans ces années là. Au milieu des années soixante, un déplacement historique a bouleversé les conditions de la création artistique. L’ère de l’art a commencé vers 1400 et se termine vers 1967. On peut envisager un art après la fin de l’art. L’art contemporain se définit par le fait que l’art du passé est à la disposition des artistes et qu’ils peuvent l’utiliser à leur guise. Il n’y aucun style qui est meilleur que l’autre, le peintre s’exprime à sa manière. Le sujet est secondaire, c’est la nature qui est le sujet «  explique José Lorenzi. En 1967, il envisage de monter un projet artistique avec Daniel Buren à Bastia qui ne se réalisera pas à cause des événements de 1968. Malgré les sollicitations pour qu’il reste travailler à Paris, il fait le choix de revenir en Corse : « Si j’étais né dans un autre pays, ma vie...

Lire l'article

Littérature/ Literatura
Au coeur d’Apocalypse Now

Au coeur d’Apocalypse Now. Intervenant : Kévin Petroni. Biographie : Agrégatif Lettres modernes (Sorbonne Universités). Diplômé de l’École Normale Supérieure, de l’EHESS et de Sorbonne universités. Membre du bureau de Musanostra. Lieu : Cinéma Le Studio – 1, rue de la Miséricorde – 20200 Bastia Date : Jeudi 21 décembre 2017. Heure : 18h30. Durée : 1h. En comparant l’oeuvre de Joseph Conrad, Au cours des Ténèbres, et celle de Francis Ford Coppola, Apocalypse Now, dans le cadre du Festival « Du texte à l’image », nous reviendrons sur la manière dont le récit de Marlow a structuré efficacement la dénonciation de la guerre du Vietnam que propose Coppola. Rappelons qu’Au coeur des ténèbres raconte l’histoire d’un marin, Charlie Marlow, engagé auprès de la Compagnie d’exploitation du Congo, afin d’extraire et d’acheminer en Europe de l’ivoire. Au Congo, il découvre la brutalité du système colonial en train de se mettre en place, la manière dont les Européens exploitent les ouvriers noirs et la façon dont soldats, administrateurs, enlisés dans la jungle, succombent à la folie. Sur le terrain, il apprend qu’un homme, Kurtz, lui-même administrateur d’un Comptoir commercial, a soumis toute une communauté à son pouvoir. Plongeant au coeur de l’Afrique noire, Marlow décide de retrouver cet homme décrit comme étant remarquable, fin discoureur, mais dont les méthodes laissent supposer qu’il a basculé dans la sauvagerie. Apocalypse now raconte l’histoire d’un soldat, Willard, totalement désoeuvré, passant son temps à Saigon à boire dans sa chambre et à pleurer sur les crimes qu’il a commis dans la région. Ne pouvant pas retourner dans un pays qu’il ne reconnaît plus, il décide de s’engager pour une nouvelle mission au Vietnam. Il ne s’attendait pas à ce que celle-ci exigeât de lui l’assassinat d’un des plus brillants soldats américains, enfoncé dans la jungle cambodgienne, ayant sombré par l’usage de méthodes jugées malsaines dans la folie : le colonel Kurtz. En remontant le fleuve, il découvre la folie dans laquelle les soldats américains ont basculé, les quantités de Vietnamiens assassinés le long des berges, les guet-apens, les raisons pour lesquelles on l’oblige à assassiner un homme condamné pour meurtre… en pleine guerre. Pour mener notre analyse, nous essaierons de proposer une réflexion à partir de la citation suivante extraite du récit Nostromo de Jospeh Conrad : Les mots qu’on connaît bien prennent ici un sens cauchemardesque. La liberté, la démocratie, le gouvernement – tous ont...

Lire l'article

EXPOSITION / MOSTRA
I Palazzi di l’Americani

 Le musée de la Corse présente jusqu’au 24 mars 2018 les Palazzi di l’Americani, ces fameux Palais des Corses américains qui ont fait fortune outre-Atlantique. Les commissaires de l’exposition, Michel-Edouard Nigaglioni et Jean-Christophe Liccia, vous invitent à découvrir le destin de ces Corses aventuriers, dans le sillage de Christophe Colomb et d’Amerigo Vespucci. Cette exposition fait suite au travail du professeur Enrique Vivoni-Farage du département d’architecture de l’Université de Porto Rico et des étudiants portoricains qui se sont rendus en Corse pour dresser les plans, coupes et élévations de 78 maisons d’Américains du Cap Corse. L’émigration Corse-Amérique, les précurseurs (XVIe- XVIIIe siècles) Lorsque Christophe Colomb disparaît en 1506, les Corses sont déjà en chemin vers les « Indes occidentales », comme on appelait alors le continent américain. Majoritairement originaires de Calvi puis du Cap Corse, ils sont actifs dans les ports, les centres miniers et les sièges administratifs du Nouveau Monde. Enrichis dans la navigation et le commerce, parfois jusqu’à l’opulence, quelques-uns reviennent en Europe, principalement à Séville, puis à Cadix, où la flotte des Indes est basée à partir de la fin du XVIIe siècle. C’est à cette époque que les retours en Corse commencent à se faire moins rares. Durant ces trois siècles, qui annoncent le vaste mouvement du XIXe, on peut estimer à un peu plus de 500 le nombre de ces premiers «Américains ». Le temps de l’exposition, vous êtes l’invité privilégié d’un palais qui recèle bien des trésors! Tout en parcourant ces pièces aux décors précieux, vous embarquez pour un voyage au long cours qui s’étale sur cinq siècles. Une véritable épopée à travers le temps où vous allez rencontrer des personnages hauts en couleurs à travers des photos, des lettres, des documents d’archives et divers objets du quotidien. Au cœur de la scénographie : les maquettes des Palazzi, les photographies et les représentations 3D agrémentent l’imaginaire du visiteur dès que la question du retour est abordée. Des grands visuels rétro-éclairés ponctuent la visite. Par un jeu d’échelle, la scénographie donne à voir les palais dans leur globalité : architecture des bâtiments, intérieurs et histoires de famille sont rassemblés pour donner à voir ce qui ne peut l’être habituellement. Cette exposition montre combien les maisons d’Américains de la Corse sont particulièrement importants dans l’histoire de l’île, d’un point de vue sociologique et artistique. Ils constituent des symboles tangibles de la réussite économique, de l’esprit...

Lire l'article
error: Ce contenu est protégé par les droits d\\\\\\\'auteur !!